Details

Added by on 2015-01-22

Mongolian families who send their children to live in Buddhist monasteries most often do so because they are poor. Life is hard in Mongolia for the climate is harsh and sources of income are few. The poorest think that staying in a monastery opens up the opportunity of a better life, or, in some cases, of a life at all. Some parents also believe that they might gain spiritually from having a monk in the family. The children’s education is often limited to the memorization of sacred texts and the repetitive recitation of mantras and sutras. Only those will achieve a better status in the monastery whose families can afford to support a ‘mentor’.

C’est la pauvreté qui pousse dans la plus part des cas les familles à placer les jeunes enfants dans les monastères bouddhistes. La vie est extrêmement rude en Mongolie, due aux conditions climatiques et aux sources de revenu faibles. Aussi, les plus démunis voient dans les monastères la possibilité d’une meilleure vie, voire la seule issue pour leur enfant. S’ajoute de manière diffuse pour certains parents, quand elle n’est pas recherchée, la possibilité de percevoir à travers cet acte, la promesse de gains spirituels. Pour ces enfants, l’éducation se bornera à l’apprentissage de textes sacrés, la récitation des mantras et des sutras tout au long de leur existence. Pour les mieux lotis, c’est-à-dire issues de familles « plus » aisées, capables de subvenir à un « mentor » au sein du monastère, l’accession à un meilleur statut est assurée.

Dragon Factory Films